LA TRANSMISSION

 

Shēng

[l’élève, mais aussi l’idée d’accouchement, de naissance !]

Les FORMES gestuelles, par lesquelles se transmet le TJQ, suggèrent, en étudiant le caractère Xing


[la forme]

 


l’association de quelque chose de solide, pouvant servir de base

 


et de quelque de chose de léger et de flottant

 

Cet aspect moins dense évoque tout de suite


la vapeur [Qi] produite par la cuisson du riz


[Mi] pour exprimer cette idée d’énergie

 

 

Le QI [l’énergie] « C’est ce qu’on perçoit mais qui n’a pas de forme. »

 

 

Comment transmettre la conscience et l’expression du QI dans l’action – alors qu’il est « sans forme » ?

LES MAITRES ont développé plusieurs moyens qui constituent le vrai savoir faire des différentes écoles.

Tout d’abord, la transmission directe, l’entrainement en face à face avec un Maitre : le Maitre est celui qui montre – encore faut il lui faire face pour apprendre.

Là encore la langue nous éclaire :


Sifu
, terme qui sert à désigner son propre Maitre avec une notion de filiation ;


le second idéogramme désignant le père.

 

Ensuite, tous les exercices (Forme comprise), comportent une fonction d’enseignement s’ils sont pratiqués avec détermination et intelligence. Le répertoire technique de chaque école porte également une fonction pédagogique – mais sans la transmission directe, ce message est bien ardu à déchiffrer. Ils visaient concrètement la transformation du corps, condition nécessaire à la circulation du mouvement et de l’énergie.

 

Enfin, quand des principes internes sont codifiés, ils tendent à rendre plus tangibles les volutes vapeur ; Me CHU a poussé cette démarche assez loin en codifiant une progression technique complexe qui transforme fondamentalement la pratique de la forme, dans son essence ; cette codification détaille les éléments de la transmission à travers le corps : Yin /yang, spirales des bras et des jambes, conscience et mouvements de l’axe, du centre et des cercles et finalement du vide et du souffle.

 

La notion de Qi est très difficile à définir avec des mots, surtout dans notre langue. En fait, c’est à la fois quelque chose d’assez simple et direct : simplement ce qui fait qu’on est joyeusement en vie !

Dans le cas des Arts Martiaux, il s’agit de passer de la technique au jaillissement spontané et puissant de l’action.